la ferme d’Elodie Vilain

A Saclay, la famille Vilain est agricultrice depuis quatre générations et chez Elodie, la benjamine, l’amour de la terre est palpable. A 23 ans, la jeune femme déborde d’énergie et de passion pour son projet. Elle va reprendre les terres de son père, mort d’un cancer en 1999 et va peu à peu diversifier une partie de l’exploitation céréalière en maraîchage biologique et en petit poney club incluant des chevaux de propriétaires au pré.

« Cultiver des produits sains sur ces terres exploitées depuis des générations par ma famille, c’est pour moi le plus beau métier au monde », dit Elodie. « Se lever en se disant que par son travail on va pouvoir nourrir des gens et le faire entouré de chevaux et de sourires d’enfants… C’est le rêve ! »

En juin, forte de ses diplômes : BTS Agricole ACSE (Analyse et conduite de systèmes d’exploitation), son BP responsable d’exploitation agricole agro-biologie ainsi que son BPJEPS équitation en poche et l’expérience acquise lors de ses stages elle ouvrira les portes du grand hangar jaune sur le Plateau du Moulon au sud du plateau de Saclay pour se lancer dans l’aventure.

Malheureusement le projet d’Elodie pourrait bien ne jamais voir le jour. Son rêve de culture biologique, de vente en directe et de centre équestre sera sans doute enterré par l’urbanisation du plateau.

« Il me reste une dernière chance, »

explique Elodie qui à passée les derniers mois à rencontrer les maires du plateau et les responsable de l’Etablissement Public de Paris-Saclay (EPPS). « Une enquête publique est en cours et si assez de gens demandent à ce qu’au moins 20 hectares de mes terres soient sanctuarisées (en sachant que je n’ai qu’une seule parcelle dans le périmètre sanctuarisé qui est d’une surface de 13ha) et qu’Il faut trouver une solution pérenne pour un siège d’exploitation en propriété à proximité immédiate de mes terres sanctuarisées alors à ce moment-là l’exploitation et mon projet seront sauvés », dit-elle.

En nous mobilisant nous pouvons sauver ce projet et contribuer à préserver notre qualité de vie sur le plateau. Il suffit de demander à ce qu’Elodie puisse conserver :

  • Un hectare de terre en propriété à proximité immédiate de ses terres sanctuarisées  pour y installer des serres, un hangar, une habitation et éventuellement des petites installations équestres tout en gardant au moins un point de vente au niveau du hangar actuel car il est idéalement situé aux abords de la N118.
  • Un minimum de 20 ha dans le périmètre sanctuarisé idéalement 13 ha (déjà dans le périmètre sanctuarisé) + 7 ha (parcelle à inclure dans le périmètre sanctuarisé, elle se situe au nord de la rigole de Corbeville, la parcelle est cadastrée ZV33 et ZV 43 situé sur la commune de Saclay).Monsaclay-elodie_vilain-294x300